Brigitte Lahaie : portrait d’une femme libérée

par Léandro Carvalho


Tantôt scandaleuse, tantôt femme libérée… Personne ne reste insensible face à Brigitte Lahaie. De ses débuts dans le X à sa carrière de sexologue reconnue sur Sud Radio, zoom sur une personnalité qui ne mâche pas ses mots.


D’abord connue dans les années 1980 comme une actrice de films pour adultes, Brigitte Lahaie a redoublé d’efforts pour s’imposer dans le monde médiatique. Car après le X, cette dernière s’est lancée dans l’écriture d’une autobiographie intitulée “Moi, la scandaleuse”, parue chez Filipacchi. Envoyée à Bernard Pivot (à l’époque animateur d’Apostrophes sur Antenne 2), cette oeuvre a vraisemblablement lancé la carrière de la jeune femme puisqu’après lecture a du manuscrit, l’animateur a rapidement souhaité inviter Brigitte sur son plateau. “ll a donné une sorte de crédibilité à mon livre qui du coup s'est très très bien vendu”, a-t-elle admis dans Les Grands Entretiens. Et de poursuivre, reconnaissante : “J'ai été reçue dans énormément d'émissions de télé parce qu'on pouvait m'inviter, parce que j'étais passée à Apostrophes.” 


Suite à cet engouement, c’est à la fois sur grand et petit écran que l’on retrouve la scandaleuse préférée des Français. Présente au cinéma dans divers films au début des années 1990, c’est à la télévision que Brigitte clôturait la décennie en menant les rênes de plusieurs émissions centrées autour de la sexualité et de la pornographie. Un domaine qu’elle traite encore aujourd’hui, avec passion et  pédagogie, sur les ondes de Sud Radio du lundi au vendredi. Chaque jour, son expertise et ses diverses expériences professionnelles font d’elle une personnalité de choix à qui les Français demandent conseil au sujet de leur vie de couple et de leur sexualité. Toutefois, malgré son parcours médiatique très riche, cette dernière n’a pas manqué d’entacher sa carrière par une controverse pour le moins maladroite. À savoir : ses propos sur le viol.


Une mauvaise interprétation


Pour rappel, en janvier 2018, alors que la France était en plein débat sur les violences sexuelles (suite à l'affaire Harvey Weinstein), Brigitte Lahaie faisait partie d'un groupe d'une centaine de femmes ayant signé une tribune dans Le Monde pour pointer du doigt les dérives du mouvement #MeToo et de #BalanceTonPorc. Et durant cette même période, lors d’un échange avec Caroline De Haas sur BFMTV, cette dernière avait affirmé que les femmes victimes de viol pouvaient jouir. Des mots crus et chocs qui ont rapidement fait couler beaucoup d’encre dans la presse.



Invitée quelques jours plus tard sur TV5 Monde, l’épouse de René Château s’est alors expliqué sur ses véritables pensées. Durant cette entrevue, elle avait alors précisé que ses propos avaient mal été interprétés et sortis de leur contexte. À ses yeux, elle n’avait en aucun cas voulu minimiser le viol, mais au contraire, rappeler que parfois le corps et l'esprit peuvent rendre la reconstruction encore plus complexe pour la victime. Une explication qu’elle a détaillé dans son ouvrage “Le Bûcher des sexes”, publié quelques mois plus tard (en mai 2018) aux éditions Albin Michel. Disponible en librairie dès 9,99€.